Première entrepreneure de Graines de SOL, Aude Giuliani est aujourd’hui la présidente du pôle stratégique. Un témoignage rare sur l’évolution d’une CAE et une manière positive de concevoir le collectif.

En poussant la porte de Graines de SOL, en janvier 2009, Aude Giuliani ne s’attendait certainement pas à vivre une expérience professionnelle et personnelle aussi dense. Originaire du nord de la France, elle est Responsable de Communication pour un groupe agro-alimentaire avant de s’installer en région lyonnaise, pour suivre son mari. « Ayant énormément apprécié l’autonomie professionnelle de ce poste, j’ai profité de ce changement de cadre de vie et de l’approche de la quarantaine pour concevoir différemment la poursuite de ma carrière. » A l’époque, le modèle coopératif n’est pas encore très répandu. Elle en entend parler sur un salon et la rencontre avec Marie Mayyas, gérante de la CAE de Pierre-Bénite, va être décisive. « Marie et son projet m’ont plu immédiatement ! » Si la structure est toute petite, l’envie d’entreprendre autrement est immense. Aude développe à la fois une activité de formation, pour retrouver le plaisir qu’elle avait eu à enseigner à la fac de Lille III et de conseils en communication avec un autre entrepreneur, Marcello Cavallucci de Fbmediaworks, toujours présent lui aussi dans la coopérative. « Cette collaboration, qui était une première, s’est très bien passée. Ensuite, j’ai préféré me consacrer à la formation ; j’ai même pu 7 années plus tard bénéficié d’une VAE (Validation des acquis de l’expérience). J’ai pu ainsi accumuler de l’expérience professionnelle, tranquillement, à mon rythme. »

Une vision sociale de l’entreprise

Les années passent et cette nouvelle forme d’entreprenariat gagne du terrain. Une décennie plus tard, la CAE compte aujourd’hui près de 250 personnes. « Ce n’est plus du tout la même échelle. J’ai d’ailleurs l’impression que nous avons grandi ensemble. » Passage en SCIC SARL, puis en SCIC SAS du fait du grand nombre d’associés chez Graines de SOL, développement de l’aspect conseils en management, accompagnement à la gouvernance et à la conduite au changement chez Aude ; le parallèle est saisissant. « Moi qui évoluais avant dans le milieu industriel, j’ai maintenant complétement intégré les valeurs de l’ESS ! Cet idéal coopératif, modèle tellement innovant, a changé mon approche du travail et du monde de demain. » Au-delà des services mutualisés, elle défend « une vision sociale de l’entreprise, animée par des valeurs humaines et le fait de contribuer à quelque chose de collectif. » Impliquée dans le sociétariat pour participer au développement de la CAE « de l’autre côté », elle est aujourd’hui présidente du pôle stratégique. « Notre transformation s’est largement appuyée sur des principes inspirés de la sociocratie comme la co-responsabilité et comme « être au service de ». Nous cherchons à mettre la parole au centre, dans un climat plutôt bienveillant et respectueux. » Des paroles aux actes, le « faire équipe », une énergie positive et la croyance en l’humain nourrissent celle qui développe son activité sous le nom de …« Que la vie est belle » !

L’action d’accompagnement des Entrepreneurs-Salariés des CAE (Coopératives d’Activité et d’Emploi) de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le pilotage de cette action par AGF SCOP ENTREPRISES sont cofinancés par l’Union Européenne et la Région Auvergne-Rhône-Alpes.